Sac d’artiste

Je ne sais pas ce qui m’arrive, je crois que je vais peut être rattraper tous les articles que j’ai de retard. Je devrais me méfier, à ce rythme-là je vais reprendre mon projet-boulet (en même temps, il n’est que temps).

Donc voilà, j’avais aussi l’anniversaire d’un mignon de 4 ans qui était passé à la trappe (c’était en janvier, d’façon j’étais pas là). J’ai donc enchainé, après les trousses à bijoux, sur un sac d’artiste, d’après ce tuto. Là, très enthousiaste et surtout optimiste quant à la possibilité de caser 36 heures dans 24, j’ai découpé pour 2 sacs. Ahem. (MAIS BIEN SÛR !)

J’ai garni le sac une fois en France, en me rendant dans un HEMA (en vrai, 2, mais celui de Gare du Nord ne compte pas, il était sur mon chemin mais il est riquiqui, n’importe quoi !) parce qu’il n’y a pas de HEMA au Royaume-Uni. Oui c’est une honte.
Bref, des autocollants en mousse rigolos, des crayons, un bloc à dessins et il me manquait juste une bricole à mettre dans la poche restante. Et ben croyez-moi, croyez-moi pas, impossible de trouver une règle marrante à glisser dedans. Tout ça pour acheter un taille-crayon chez le libraire (chez qui on rentre pour une règle et de chez qui on sort avec un taille-crayon, un magazine-qu’en-fait-j’avais-déjà-lu et 2 livres pour la Prunelle, on parle du syndrome ikea je crois) et que c’est ce que le mignon a préféré. Pas de bol, les crayons neufs étaient déjà taillés.

Allez, go go go, les photos.

20140408-133253.jpg

20140408-133843.jpg

20140408-133903.jpg

Le simili vient de Mondial Tissus, le bleu foncé à lignes et carrés blancs de la vente Agnèsb, l’étoilé a été trouvé à Shepherd’s Bush à Londres, le rayé est issu du stock perso. Pressions Kam.

Voilà, c’est de la couture facile, c’est une super idée pour les petits pas trop grands, bref, du super gagnant. Surtout que le mignon a eu l’air de bien aimé. Enfin, surtout le taille-crayon.

Une trousse à bijoux ? Non, deux !

J’avais pris du retard pour l’anniversaire de Bella qui tombe le 30 novembre alors qu’on partait pour Londres le 2 décembre. Autant vous dire que sur le moment, j’étais dans le jus et que je n’ai pas vraiment eu le temps de me mettre devant ma machine à coudre. Et puis on est rentrés pour Noël. Mais j’ai cousu que pour Noël. En sachant que j’avais bien emporté ma MAC mais en oubliant la pédale et l’alim (c’est pas la première fois que ça m’arrive, je suis irrécupérable) que ma sœur m’a donc envoyées par la poste in extremis. Alors comme on est revenus en France quelques jours le mois dernier, c’était le moment ou jamais de me rattraper. 4 mois de retard, certes, mais quand on aime, on ne compte pas. J’ai donc tourné quelques jours autour du tuto de la trousse à bijoux de Et puis la neige et j’ai fini par me lancer. J’ai un peu peiné, je n’avais pas de thermocollant et pas de bourre ici que j’ai donc remplacée par des chutes de fils et de tissus divers. Et puis surtout, j’ai failli pleurer quand j’ai tout retourné et que j’avais mis une face à l’envers et qu’il a fallu tout découdre. En reprenant le tuto, j’avais bien lu une étape de travers. Même mon cher époux a bien vu que j’étais au bord du craquage. Mais non. J’ai tenu bon. Et le résultat est TROP BEAU.

imageimageimageimageimageimage

Le tissu rose à « pétales » blanches et le passepoil sont de Mondial Tissus, le fleuri des Coupons de ‘saint-Pierre et tout le reste du stock perso.

Dans la foulée, j’ai attaqué une deuxième trousse pour la marraine de la Prunelle (là, j’étais quasi dans les temps question anniversaire). J’ai simplifié en posant les fermetures éclair différemment, même que ça m’arrangeait bien parce que le coton à pois avait été ravagé et qu’il ne me restait quasi plus que des pseudo chutes donc bon. Et j’ai supprimé le baguier, j’en avais trop bavé. Ouais, un poil faignasse sur ce coup. Mais c’est beau quand même. Voilà.

imageimageimageimageimage

Le coton à pois et le passepoil ont été achetés à Mondial Tissus, le rose foncé ici à Londres dans une boutique à Shepherd’s Bush

J’ai mis un peu de temps pour écrire tout ça alors j’ai oublié des détails mais c’était quand même encore un tuto génial, bien détaillé. Le résultat est vraiment top, ça a fait vraiment de beaux cadeaux. J’étais toute fière. Quand même.

Le coussin du dodo

Il y a quelques mois, j’avais cousu une housse pour faire un joli coussin dans la chambre de ma Prunelle. Elle l’avait adopté tout de suite, s’en servait pour s’asseoir dans sa chambre, pour poser sa tête sur le canapé ou juste pour l’avoir à côté d’elle (ça, c’est bizarre). J’avais voulu faire un truc vite-fait et finalement ça a fait un truc bofbof. On s’en fout un peu parce que c’est au dos du coussin, mais on ne m’y reprendra plus. Maintenant je fais du mieux fini.
Par ailleurs, au départ, le coussin à l’intérieur était un coussin bleu ciel uni pas cher de chez ikea. Mais pour une sombre histoire de coussins offerts à Noël pour lesquels j’ai voulu mettre les 3 mêmes afin d’avoir le même moelleux mais que j’en avais plus que 2 comme ça, j’ai changé le coussin du dedans de la housse. En me disant que j’irai racheter le même. Bref, évidemment il n’existe plus en bleu ciel mais en blanc à motifs. Qui se voient à travers. Alors essayer de ne pas y faire attention, ce n’est pas voulu, un jour je rechangerai. Ou pas.
La preuve en photos.

Le coton à étoiles vient de Mondial Tissus, le violet de ma réserve perso.

Et puis un jour, notre petit bébé qui devient grand a commencé à vouloir dormir avec. Une fois de temps en temps. Puis tous les jours. Comme on n’est pas des gros dégueulasses, je me suis donc dit qu’il lui fallait une deuxième housse, histoire d’alterner et de pouvoir laver la première sans la faire dormir sans son oreiller élu. Comment vous dire, en toute modestie, elle a adoré le concept. J’ai eu le droit à un « ouaaaaaah » quand je lui ai présentée. En même temps, c’est super classe. Et y’a pas le truc moche de la flemme au verso. Vous remarquerez la petitesse de la fermeture éclair. Je n’avais que ça qui pouvait aller. Donc on passe le coussin en douceur et en forçant (ben quoi ?).
Avec toujours un problème de transparence, les images.

J’ai acheté ce coton à étoiles ici à Londres dans une boutique à Sheperd’s Bush et le rouge vient encore du stock (= récup et autres dons)

C’était encore de la couture facile, qui rassure. Ne vous inquiétez pas, je me traine un boulet depuis des semaines et j’ai un autre bidule à coudre très rapidement mais qui n’a pas l’air facile. Alors je tourne autour du tuto depuis quelques jours mais bientôt je ne vais plus pouvoir reculer. Souhaitez-moi bonne chance !

Une petite dernière, en situation.

Le sac qui fait du bien

Ok, je ne suis pas hyper assidue. Mais j’ai des excuses. Déjà, on a eu de la visite. Oui, toute la semaine. Et comme je suis une fille polie, j’évite de m’isoler en prenant un air inspiré pour bloguer quand on a des invités. Voilà.
Bon, et puis je me traine un projet boulet depuis un moment. J’avance pas peu et du coup il ne vaut mieux pas que j’en parle pour le moment. Et ça m’empêche de coudre autre chose. Jusqu’à ce que notre invitée arrive quelques jours après son anniversaire et que j’ai une petite soirée tranquille (= ils sont allés boire des bières) dont j’ai profité pour coudre un petit sac facile et pratique.

J’avais déjà cousu des sacs dans ce genre, impossible de retrouver les dimensions, j’ai fait du pif avec un compas dans l’œil, j’ai mis une doublure pour que ce soit vraiment joli et hop. Celle pour qui c’était est un peu folle de corail et de petits détails qui vont bien. Donc on lui a mis du corail et des anses avec une face fleurie. C’est un sac qu’on plie, qu’on roule et qu’on met au fond d’un sac, dans le coffre de sa voiture, dans son panier de vélo, bref où on veut et qu’on sort à la moindre occasion : les croissants du dimanche, les bières du vendredi soir, le doudou du petit dernier, un petit tour à la mercerie… Pratique en toute occasion, je vous dis !

Bon tout ça pour dire que j’aime beaucoup le résultat, que ça m’a mis du baume au cœur après toutes les catastrophes accumulées sur mon projet boulet et que la copine a eu l’air de kiffer.

Tissu à rayures de mon stock perso, fleurettes des Coupons de Saint-Pierre, corail de Mondial Tissus, bouton et fil corail du marché.

De la couture facile, vite faite, avec des jolies surpiqûres corail : de la couture qui fait du bien. Ah.

On ne parle pas des photos pourries, j’ai pensé à les prendre juste avant que le sac ne soit mis dans la valise pour la France. A 23h environ. Oui, j’ai un léger problème d’organisation. Surtout pour les photos.

Relooking de poussette

Pour Noël, la Prunelle avait reçu une magnifique poussette avec un poupon. Un peu beaucoup rose. J’ai patiemment attendu. L’assise de la poussette étant dans un genre de nylon et ma fille d’une délicatesse peu commune, mon heure arriverait. Une couture a commencé à lâcher il y a 10 jours. Et puis ma douce s’est assise dedans la semaine dernière. Achèvement.

Ce matin, ma mère et sa copine, nos visiteuses du week-end, ont souhaité me donner un peu de répit. J’ai donc eu droit à une grasse mat et du temps pour moi pendant qu’elles géraient le petit dèj, la douche, l’habillage et une longue balade avec ma tornade de fille.
Donc ce matin, après avoir redormi un peu, j’ai sorti le découd-vite, j’ai défait toute l’assise, et hop hop hop. J’ai bien pensé à renforcer avec un tissu enduit la partie où on enfile les tiges de la structure de la poussette qui est donc propice à se découdre/déchirer. J’ai évidemment mal compté mes marges donc il y a un endroit où j’ai juste surfilé pour éviter la cata. J’ai fait des ourlets pas trop dégueu, que de loin ça pourrait passer pour de l’ourlet rapporté mais c’est du ruban et j’ai bricolé au point zig-zag, etc…
Mais bon, le résultat est chouchou. Ma Prunelle l’a adoptée immédiatement. Et je préfère ce tissu moins fifille. Et surtout, vu que j’ai fait ça rapidos aujourd’hui, s’il lui arrivait encore malheur, je sais que je pourrais en rebricoler une vite fait une autre fois.

Pour finir, les photos, difficiles à prendre tellement cette petite voulait récupérer la poussette de ses bébés (ce qu’elle a réussi à faire comme vous pouvez le voir).

Le coton un peu 70’s vient d’Ikea et j’ai récupéré les sangles sur l’original. Le ruban blanc et rose fluo faisant partie d’un lot cadeau de Noël 2012 je crois, provenance inconnue…

Les pochettes à tablettes

C’est du cousu depuis longtemps que je vous montre aujourd’hui MAIS comme j’ai fait les boutonnières et cousu les boutons sur l’une des deux pochettes aujourd’hui, ça va.

J’ai utilisé le super tuto de Et puis la neige. Le tuto de la mort. Le tuto tellement bien fait et bien détaillé que même si c’est pas toujours facile facile et que tu débutes, le tuto il te tient la main. Genre, c’était mon premier passepoil. Presque facile !
J’ai commencé par une housse pour MON iPad. J’ai donc suivi minutieusement le tuto et j’ai tremblé jusqu’à la fin d’avoir fait une bourde parce que j’avais choisi des tissus chouchous, rien que pour moi et qu’en plus comme je ne couds jamais rien pour moi, ça aurait été encore plus horrible d’avoir gâché du joli passepoil, du tissu chouchou, etc. Et puis bon, l’IPad est bien rentré dedans. Ouf. Je l’adore.

image
image

Le coton à cœur, la doublure corail (pas si fluo en vrai) et le passepoil viennent de Mondial Tissus. Les petites fleurs de la poche zippée, c’est les Coupons de Saint-Pierre et les boutons, la mercerie du marché près de chez nous.

Et c’est là que le petit mari a commencé à faire son jaloux. Ouiiii, lui aussi il avait une tablette. Ouiiii, elle aussi elle avait besoin d’être protégée. Et blablabli et blablabla. Sauf que Monsieur n’a pas un iPad. Non, Monsieur a une Galaxy Tab II. VOILÀ. Et c’est pas les mêmes dimensions. DU TOUT. Alors j’ai repris le tuto, j’ai ajouté des centimètres d’un côté, enlevé des centimètres de l’autre. Je lui ai fait choisir ses tissus. Il a choisi du beige. Et du noir. Trop funky. Alors j’ai montré du orange et du vert qui pète, en disant que ça twistait mieux. Il a dit ok. Ouf.
J’ai re-tremblé. J’ai acheté une fermeture du bon vert au marché. J’ai perdu la fermeture. J’ai mis ce que j’avais. Enfin, ÇA VA, hein.
Et puis, la tablette rentre. Bon, pile poil, hein. Un demi centimètre de chaque côté, elle aurait un peu plus à l’aise. Et puis le beige sage, bousculé par le orange et le vert (qui ne sont pas fluos, merci la lumière), c’est pas mal du tout. Et, surtout, il l’adore !

image

image

Le vert et le passepoil viennent de Mondial Tissus, le beige d’Ikea et les boutons c’est toujours le marché.

Au moment de ma housse, je n’avais pas de boutons qui allaient bien. Quand j’ai acheté les oranges, j’ai trouvé les corail en même temps. Il y a donc environ 9 mois. Que j’ai cousus aujourd’hui. Pour la peine, ma machine m’a punie en me pourrissant la première boutonnière (rattrapée par un miracle et beaucoup de patience). (grosmots grosmots grosmots)

Bref, je couds surtout pour les autres ou pour la Prunelle. J’ai peut-être tort.

image

Organiseur number one (parce qu’on espère qu’il y en aura d’autres, bien sûr !)

Tutoré par Pour mes jolis mômes, cousu par les Reloux, par Marmoute et sans doute par beaucoup d’autres, l’organiseur de sac me regardait, je le regardais, on se regardait et puis il ne se passait rien. C’est là que Marmoute montrant le sien, je me suis dit pourquoi pas moi (parce que Marmoute quand il lui arrive des trucs relous avec sa machine, je me sens moins seule) et là elle m’a dit un truc qui m’a poussée aussi un peu : « il est chouette à faire ».
J’ai cherché le tuto, j’ai choisi mes tissus dans le stock, j’ai mesuré, j’ai coupé, j’ai râlé parce que bon ça faisait quand même beaucoup de petits morceaux, j’ai choisi le fil et le biais et j’ai cousu. En râlant parce que la tension du fil n’allait pas. Après avoir essayé plusieurs tensions, des bidules et des choses, je me rends compte que le problème vient de la canette qui n’est pas vraiment de la bonne taille (merci la mercerie du marché). Et SURTOUT je ne trouve plus mon découd-vite. Donc ça restera comme ça. Mais je dis beaucoup beaucoup de gros mots.
Il y a eu le moment où je ne trouvais pas les morceaux dont j’avais besoin. Ah ben oui, je les avais pas coupés. Re-gros mots. Il y a eu le moment où j’avais pas vu le NB après les explications qui disait de ne pas oublier d’insérer la languette pour le porte clé dans la couture… Sauf que moi je lis pas l’étape entière, je couds en lisant. Je l’ai donc mise à l’extérieur. Ce qui n’est pas si mal, ça fait un petit rappel de l’intérieur. Mais quand même, j’ai dit beaucoup de merde, fais chier, putain, mais faut vraiment être trop con. Il était tard, je commençais à fatiguer.
Pour finir il y a eu le biais. Je suis nulle en biais. Alors la couture est très très moche. Mais j’avais changé la canette donc, bien tendue. Voilà. On peut pas tout avoir.
Dedans j’ai mis plein de petits mots d’amour et des bisous pour ma sœur. L’époux est rentré en France lundi-mardi pour le boulot et devait donc lui déposer. J’avais fait un teasing de fou en envoyant des photos de détails à ma sœur préférée pour la faire languir. Et puis un mail après ouverture de la surprise. Elle a adoré, c’est merveilleux, je suis la meilleure des sœurs, c’est trop beau, et tout et tout.
Alors bon, j’irai pas lui montrer les coutures de traviole et le biais mal cousu. Et puis j’en referai sans doute d’autres…

20140128-214302.jpg

20140128-215304.jpg

20140128-215315.jpg

20140128-215239.jpg

20140128-215343.jpg 20140128-215409.jpg

Le simili-cuir croco argenté, le coton étoilé et le biais viennent de Mondial Tissu, le fleuri des Coupons de Saint-Pierre, le violet/parme de mon stock perso et le violet foncé à motif est du tissu à sarong acheté à Bali (oh ça va, c’était notre voyage de noce, hein !)

Pardon pour les photos dégueu, c’est wordpress qui fait n’importe quoi !