Les pochettes à tablettes

C’est du cousu depuis longtemps que je vous montre aujourd’hui MAIS comme j’ai fait les boutonnières et cousu les boutons sur l’une des deux pochettes aujourd’hui, ça va.

J’ai utilisé le super tuto de Et puis la neige. Le tuto de la mort. Le tuto tellement bien fait et bien détaillé que même si c’est pas toujours facile facile et que tu débutes, le tuto il te tient la main. Genre, c’était mon premier passepoil. Presque facile !
J’ai commencé par une housse pour MON iPad. J’ai donc suivi minutieusement le tuto et j’ai tremblé jusqu’à la fin d’avoir fait une bourde parce que j’avais choisi des tissus chouchous, rien que pour moi et qu’en plus comme je ne couds jamais rien pour moi, ça aurait été encore plus horrible d’avoir gâché du joli passepoil, du tissu chouchou, etc. Et puis bon, l’IPad est bien rentré dedans. Ouf. Je l’adore.

image
image

Le coton à cœur, la doublure corail (pas si fluo en vrai) et le passepoil viennent de Mondial Tissus. Les petites fleurs de la poche zippée, c’est les Coupons de Saint-Pierre et les boutons, la mercerie du marché près de chez nous.

Et c’est là que le petit mari a commencé à faire son jaloux. Ouiiii, lui aussi il avait une tablette. Ouiiii, elle aussi elle avait besoin d’être protégée. Et blablabli et blablabla. Sauf que Monsieur n’a pas un iPad. Non, Monsieur a une Galaxy Tab II. VOILÀ. Et c’est pas les mêmes dimensions. DU TOUT. Alors j’ai repris le tuto, j’ai ajouté des centimètres d’un côté, enlevé des centimètres de l’autre. Je lui ai fait choisir ses tissus. Il a choisi du beige. Et du noir. Trop funky. Alors j’ai montré du orange et du vert qui pète, en disant que ça twistait mieux. Il a dit ok. Ouf.
J’ai re-tremblé. J’ai acheté une fermeture du bon vert au marché. J’ai perdu la fermeture. J’ai mis ce que j’avais. Enfin, ÇA VA, hein.
Et puis, la tablette rentre. Bon, pile poil, hein. Un demi centimètre de chaque côté, elle aurait un peu plus à l’aise. Et puis le beige sage, bousculé par le orange et le vert (qui ne sont pas fluos, merci la lumière), c’est pas mal du tout. Et, surtout, il l’adore !

image

image

Le vert et le passepoil viennent de Mondial Tissus, le beige d’Ikea et les boutons c’est toujours le marché.

Au moment de ma housse, je n’avais pas de boutons qui allaient bien. Quand j’ai acheté les oranges, j’ai trouvé les corail en même temps. Il y a donc environ 9 mois. Que j’ai cousus aujourd’hui. Pour la peine, ma machine m’a punie en me pourrissant la première boutonnière (rattrapée par un miracle et beaucoup de patience). (grosmots grosmots grosmots)

Bref, je couds surtout pour les autres ou pour la Prunelle. J’ai peut-être tort.

image

Publicités

Quand on croyait qu’on voulait un appartement avec parquet.

Quand la décision a été prise de partir pour Londres, l’un des avantages c’est qu’il n’y avait pas grand chose dont on devait s’occuper (en gros, on devait faire les valises et réserver le taxi). Le boulot de l’Epoux s’occupait de tout. Une agence londonienne nous a donc contactés pour cerner nos besoins afin de nous trouver un appartement. Nous, on est un peu foufous et on a balancé 70m2, 2 chambres minimum, Notting Hill. Haha. Là on nous a filé des liens vers des apparts en zone 3, près de routes à 6 voies, derrière une zone indus, 45m2… On n’était pas à Notting Hill, quoi. Désespoir. Et en plus, y’avait de la moquette partout. Dépression.

L’Epoux, qui n’a peur de rien, est allé parler à la personne aux RH qui s’occupait de notre cas et lui a expliqué que bon, on nous présentait que des trucs qui puaient du cul. Alors elle a dit ah. Dans ce cas on augmente le budget.

C’est alors qu’on nous a présenté NOTRE appart. Grand, 2 chambres, à Notting Hill (enfin, presque, c’est Bayswater mais on va pas chipoter, ça touche), un immeuble canon (un jour je vous parlerai peut-être de notre portier), un quartier canon, à 2 pas de Hyde Park (enfin, c’est Kensington Gardens mais on va pas chipoter, ça touche). Le problème c’est que du coup je sors quasiment jamais de notre quartier. Et puis on n’a pas de lave-vaisselle. Mais mon école pour improve my english est à 500 mètres, à côté de MON Mark&Spencer, on peut manger dans tous les pays du monde à moins de 10 minutes de chez nous, j’ai même trouvé une mercerie pas loin. Bon j’ai quand même repéré les arrêts de bus et le métro. Au cas oJe vais y réfléchir. Et puis il va bien falloir que j’aille jusqu’au Liberty.

Ah, je vous ai pas dit. On a de la moquette partout.

20140205-003842.jpg

20140205-003858.jpg

20140205-003813.jpg

L’immeuble qui tue, le burger qui tue, le Fish&Chips qui tue.

Organiseur number one (parce qu’on espère qu’il y en aura d’autres, bien sûr !)

Tutoré par Pour mes jolis mômes, cousu par les Reloux, par Marmoute et sans doute par beaucoup d’autres, l’organiseur de sac me regardait, je le regardais, on se regardait et puis il ne se passait rien. C’est là que Marmoute montrant le sien, je me suis dit pourquoi pas moi (parce que Marmoute quand il lui arrive des trucs relous avec sa machine, je me sens moins seule) et là elle m’a dit un truc qui m’a poussée aussi un peu : « il est chouette à faire ».
J’ai cherché le tuto, j’ai choisi mes tissus dans le stock, j’ai mesuré, j’ai coupé, j’ai râlé parce que bon ça faisait quand même beaucoup de petits morceaux, j’ai choisi le fil et le biais et j’ai cousu. En râlant parce que la tension du fil n’allait pas. Après avoir essayé plusieurs tensions, des bidules et des choses, je me rends compte que le problème vient de la canette qui n’est pas vraiment de la bonne taille (merci la mercerie du marché). Et SURTOUT je ne trouve plus mon découd-vite. Donc ça restera comme ça. Mais je dis beaucoup beaucoup de gros mots.
Il y a eu le moment où je ne trouvais pas les morceaux dont j’avais besoin. Ah ben oui, je les avais pas coupés. Re-gros mots. Il y a eu le moment où j’avais pas vu le NB après les explications qui disait de ne pas oublier d’insérer la languette pour le porte clé dans la couture… Sauf que moi je lis pas l’étape entière, je couds en lisant. Je l’ai donc mise à l’extérieur. Ce qui n’est pas si mal, ça fait un petit rappel de l’intérieur. Mais quand même, j’ai dit beaucoup de merde, fais chier, putain, mais faut vraiment être trop con. Il était tard, je commençais à fatiguer.
Pour finir il y a eu le biais. Je suis nulle en biais. Alors la couture est très très moche. Mais j’avais changé la canette donc, bien tendue. Voilà. On peut pas tout avoir.
Dedans j’ai mis plein de petits mots d’amour et des bisous pour ma sœur. L’époux est rentré en France lundi-mardi pour le boulot et devait donc lui déposer. J’avais fait un teasing de fou en envoyant des photos de détails à ma sœur préférée pour la faire languir. Et puis un mail après ouverture de la surprise. Elle a adoré, c’est merveilleux, je suis la meilleure des sœurs, c’est trop beau, et tout et tout.
Alors bon, j’irai pas lui montrer les coutures de traviole et le biais mal cousu. Et puis j’en referai sans doute d’autres…

20140128-214302.jpg

20140128-215304.jpg

20140128-215315.jpg

20140128-215239.jpg

20140128-215343.jpg 20140128-215409.jpg

Le simili-cuir croco argenté, le coton étoilé et le biais viennent de Mondial Tissu, le fleuri des Coupons de Saint-Pierre, le violet/parme de mon stock perso et le violet foncé à motif est du tissu à sarong acheté à Bali (oh ça va, c’était notre voyage de noce, hein !)

Pardon pour les photos dégueu, c’est wordpress qui fait n’importe quoi !

Pourquoi Londres ?

Parce que.

Un jour de juin, l’époux est rentré en me disant : « Londres pour 6 mois, ça te tente ? ». Et puis voilà.

On a prêté le chat, la maison, les meubles. On a confié les voitures. On a fait beaucoup de valises. Et on a pris l’Eurostar.

Ensuite on a rencontré notre appart, les anglais et Hyde Park. Notre appart est cool. Hyde Park c’est super cool. Et puis il y a les anglais. Qui parlent donc anglais. Et nous, bêtement, (on voyage, vous savez !) on croyait qu’on parlait anglais aussi. Haha.

Alors voilà, depuis ça s’arrange petit à petit mais j’ai quand même souvent l’impression de ne rien comprendre. Donc je vais aller prendre des cours, hein. Parce qu’un des objectifs, c’était de rentrer VRAIMENT bilingue. Et je sens bien que je risque d’avoir l’air con dans 4 mois.

Bon, on a rencontré Londres aussi. Londres c’est beau. C’est pas Paris et je croyais que rien n’égalait Paris. Mais Londres ça tue pas mal quand même. Alors je vais vous coller quelques photos et puis ça ira bien.

Notting Hill

image

image

image

image

image

image

image

image